Cadavre exquis n°6 : La mort en face (texte dans son intégralité)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cadavre exquis n°6 : La mort en face (texte dans son intégralité)

Message par Berangere le Mar 31 Mar - 20:20

Et voici le cadavre exquis 6 dévoilé dans son intégralité... encore un très bon cru !
Je vous laisse le lire...


Dernière édition par Berangere le Sam 2 Mai - 15:24, édité 2 fois
avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

LA MORT EN FACE

Message par Berangere le Sam 2 Mai - 15:23

LA MORT EN FACE

J'ouvrais les yeux lentement...
Je sentais une douleur lancinante me tarauder le crâne et pendant un instant, je me demandais ce qu'il m'était arrivé. Puis, tout me revint à l'esprit : le sol qui tremblait, les hurlements de terreur et d'agonie, les bâtiments s'écroulant de toutes parts...
Me relevant difficilement, je lançai un regard autour de moi et une vision d'Apocalypse s'offrit à moi...
La ville avait été totalement détruite. Il ne restait plus rien ou presque... Des pans de murs noirs, des tôles retournées, des amas de plastique et de fer étaient dispersés un peu partout ça et là...
Je fus saisi par une vision d'horreur. J'avais face à moi la plus authentique fresque de la désolation qui soit.
On n'entendait rien que le silence. Un silence lourd et pesant qui me fit soudain regretter d'être un humain, ou du moins ce qui en restait... Seul, perdu dans ce néant.
Etais-je l'unique survivant ?
J'entendis un hurlement perçant. Je cherchais sa provenance parmi les corps qui jonchaient le sol. Je me redressais, du sang poisseux me troublant la vue. Je m'essuyais du revers de la manche. Je réarmais mon arme et me redressais, boitant jusque dans sa direction. J'avais été atteint à la jambe. J'étouffais un râle de colère et continuais à avancer.
La jeune personne qui hurlait était troublée et me regardait hagarde, pointant son calibre dans ma direction.
"Bouge pas !" hurla-t-elle
Etait-elle humaine ?
L'armée des zombies avait tout dévasté sur son passage. Peut-être finalement nous étions deux survivants dans cet Apocalypse. Il fallait que je sache, il fallait que je la touche... pour savoir... pour en être sûr.
Je ne l'écoutai pas et je me dirigeai droit sur elle.
Elle ouvrit de grands yeux violets traversés de sillons d'or.
Je n'avais pas remarqué ce détail qui ne devait pas être pris à la légère. Je dégainai à mon tour et la visai au cœur. Elle frissonna mais me maintint en joug. Du sang coulait dans ma bouche je le crachais non loin d'elle. La jeune femme prit cela pour une insulte et repristde l'assurance.
Nous nous sondâmes, ennemis en tout point de vue, nos armes maintenant à bout portant, retenant notre respiration jusqu'à ce que l'un de nous tire le premier.
J'ai levé le bras en premier et j'ai tiré.
En visant j'ai plongé en avant. Je ne savais pas si je l'avais touché.
J'ai relevé la tête pour regarder.
Le ciel c'était couvert. La pluie nettoyait ma peau crasseuse. Son odeur ancienne comme celle d'un vieux livre atténuait celle du sang. Le tonnerre gronda pour masquer un autre son. Un bombardier nous survolait, le bruit de ses hélices se confondant avec celui du ciel. Un sifflement traversa les nuages. Une première bombe éclata un peu plus loin puis ce fut une salve meurtrière. Je la regardais une dernière fois, ses grands yeux violets emplis de larmes.
Elle s'était mise à chanter, sa voix couverte par le dernier obus qui détona dans cette symphonie laconique.
Une explosion comme un feu d'artifice. Mélange de beauté et de crainte.
Feu d'artifice... cela m’évoqua quelque chose. Oui. Nouvel an. Ce n'était pas ce que je fêtais avant que tout ne devienne catastrophe? Depuis que je m'étais réveillé tout me semblait invraisemblable. La nuit du réveillon se fraya un chemin parmi la brume qui enveloppait ma mémoire. Louis, la musique, l'alcool, les filles... les amphétamines. Non. Je ne pouvais pas halluciner tout de même. S i? Je me souvenais des dragons qui avaient tout détruit de leurs langues de feu, côte à côte dans le ciel avec les bombardiers. Mais cela avait été avant ou après que j'aie pris des drogues?
Les dragons n'existent pas. Enfin...si ?
Peut-être après tout.
Ce dont j'étais sûr c'est qu'on ne m'y prendrait plus.
Je suis bien trop fier et attaché à la vie.
Alors j'ai poursuivi ma route, cette fois sans me retourner.

FIN

avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum