Petits textes d'inspiration libre

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petits textes d'inspiration libre

Message par Berangere le Jeu 28 Aoû - 10:44

Venez poster dans cette rubrique un petit texte de votre imagination... genre et sujet libres !
Un petit texte au gré de vos humeurs et de vos envies !



Dernière édition par Berangere le Mer 31 Déc - 18:32, édité 1 fois
avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Eau de vie

Message par Berangere le Jeu 28 Aoû - 10:46

EAU DE VIE

J’ai déposé au creux de ta paume, deux gouttelettes de bruine ronde telle la lune à sa plénitude. Eau de vie ou liqueur d’amour, mes larmes irisées ruissellent avec langueur le long de tes doigts, dessinant des méandres fins.
Nonchalants et déterminés à la fois, les deux ruisseaux se croisent et se mêlent soudain. Ils s’entrelacent avec fougue, embrassant les horizons infinis d’un monde inconnu, par delà les océans arides et les mers sèches.
Féerie des eaux mystiques, musique éolienne aux reflets ondoyants, magie de l’amour, symbiose divine… Les deux rivières ondulent et s’émulsionnent dans un bain de tendresse aux arômes subtils. Dans leur mouvance, les deux flux se confondent en un unique affluent à la pureté cristalline. Délicieuse osmose.
Le timide courant s’enfuit alors vers l’inexploré, découvrant les délicats contours de ta main, intime et précieuse caresse. Lentement, il glisse, s’immisce dans les gorges vierges aux aspérités pulpeuses, puis se mue en un fleuve tumultueux aux écumes grisantes. Agréable soupçon d'érotisme.
Fuyant vers le bout de ton index, l’indomptable poursuit inlassablement sa suave aventure, succombant aux indéfinissables charmes de tes phalanges sinueuses. Averse aux effluves sulfureuses et enivrantes. Pluie d'amour torrentielle.
La désirable laisse entrevoir une légère et confuse faiblesse, feignant l’indifférence et une crainte enfantine. Provocation subversive ou caprice de séductrice ? L'ambiguïté mutine qui se dégage accroît l’ardeur des caresses. Frôlement de soie, étreinte de velours, indescriptibles sensations, sensuel jeu d'eaux… C'est l'ultime plongeon dans l'immense océan de bien-être et d'émotions. Le flux amoureux appartiendrait-il au monde de l’invisible ?
Arrivée à l’extrémité de ton ongle, l’impétueuse rivière ralentit sa course passionnelle. Intermède suggestif et soupir d’extase. Au prélude du plaisir et au paroxysme de l’indicible, succèdent désormais douceur et complicité. Quiétude infinie et suprême harmonie.
Le chemin vers l’éternité est enfin accompli.
C’est l’apogée de notre amour, exclusif et sans retour.
avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Carca le Ven 3 Oct - 20:25

Comme cela parait surprenant d'amour, un baiser paupière tombée sur l'eau de l'étang qui s'endort, le bruit sec et irrémédiable du papillon happé par la noirceur de l'eau. ..

avatar
Carca

Messages : 1212
Points : 1174
Date d'inscription : 29/09/2014
Localisation : proche de l'arbre de la Boddhi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Berangere le Ven 3 Oct - 22:33

Une phrase courte mais dense, avec multiples interprétations... entre la beauté éphémère de la vie et les tréfonds obscurs de l'existence... Ta phrase Carca est à méditer... On pourrait poursuivre en racontant même une histoire...
avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Aurore Aylin romance le Sam 4 Oct - 11:11

Une petite nouvelle sur le thème du labyrinthe :



Labyrinthe

Il se tenait à l'entrée du labyrinthe, solidement campé sur ses deux jambes. Ceux qui s'y étaient aventurés avant lui n'en étaient jamais revenus. Il ne comptait pas connaître le même sort. Son avenir en dépendait et il était soutenu dans cette épreuve par la plus grande des motivations : l'amour.

Ce fut sans une hésitation qu'il pénétra dans le labyrinthe, aux aguets, prêt à faire face à tous les dangers. Les lieux étaient paisibles, bien trop. Il avançait à pas lents mais déterminés, l'épée au poing, tous ses sens en éveil. Il ne prêtait aucune attention au décor, à la beauté des lieux. L'attaque, bien qu'il s'y attendît, le prit presque par surprise. Il ne dut qu'à un réflexe de ne pas finir la gorge arrachée par la bête qui venait de lui bondir dessus, tous crocs dehors, dans un rugissement qui résonna loin à travers l'entrelacs de couloirs. Il fit face au loup, un monstre énorme, hirsute, au pelage aussi noir que la nuit la plus sombre et aux yeux rougeoyants. Lorsque l'animal lui sauta à nouveau dessus, il était prêt. Son épée le cueillit au vol et le corps massif de la bête retomba à ses pieds dans un bruit sourd.
S'étant assuré que le loup était bel et bien mort et ne représentait plus un danger, il reprit sa progression. Les sons semblaient plus feutrés, comme absorbés par les murs qui paraissaient parfois se resserrer, lui donnant l'impression d'être sur le point d'être englouti. Crispant le poing sur la garde de son épée, il poursuivit sa route. Lorsqu'il se heurta à un mur lui barrant le passage, il dut se résigner à faire demi-tour. À présent, il était égaré, conscient d'avoir perdu tout sens de l'orientation. Le temps écoulé n'avait lui-même plus d'importance. Était-ce le jour, la nuit ? Était-il là depuis une heure, une journée, une semaine ? Chaque fois, il se retrouvait dans une impasse et devait chercher une nouvelle issue. Parfois, la lassitude s'emparait de lui. Il résistait à l'envie de se laisser tomber au sol, dos au mur, pour attendre. Attendre quoi ? La mort ? Non ! Il ne mourrait que pour une seule cause : l'amour ! Il n'était pas dit qu'il abandonnerait lâchement, comme tant d'autres avant lui. Il lutterait jusqu'au dernier souffle. Alors, il reprit sa route, avec la certitude de toucher bientôt au but.

Les lianes jaillirent brusquement de terre pour venir s'enrouler autour de ses chevilles, le clouant au sol, tandis qu'autour de lui se formait un mur impénétrable de ronces aiguisées. À coups d'épée, il tailla, encore et encore, mais la végétation, mystérieusement apparue, se faisait luxuriante, dense. Dangereuse. Étouffante. Non, songea-t-il avec désespoir en accélérant la cadence de son bras, il ne pouvait échouer maintenant, si près du but. Il se devait de réussir, de surmonter tous les obstacles, pour elle, pour eux. Le souffle court, il cessa un instant de lutter, cherchant désespérément une solution. Celle-ci se présenta sous la forme de graines. Il les sortit de la poche où il les avait précieusement conservées. Les graines d'espoir, celui de vivre un jour pleinement l'amour, luisaient doucement dans la paume de sa main. Il les avait soigneusement récoltées et à présent, elles étaient bien assez nombreuses pour vaincre. Il les lança par poignées entières, au petit bonheur. Les graines formaient de minuscules traînées de lumière dans l'air avant de retomber à terre, où elles s'enfouissaient, emportant avec elle les lianes traîtresses. L'espoir avait vaincu, mais les épreuves n'étaient pas terminées. Il en restait au moins une, la plus périlleuse.
Il avança. La végétation s'écartait sur son passage, comme une foule de courtisans devant un roi, formant une arche de verdure au-dessus de sa tête. Enfin, il pénétra dans ce qui était le cœur du labyrinthe, une gigantesque salle, si vaste et si haute qu'on ne pouvait distinguer où elle commençait et où elle finissait. Mais il n'avait d'yeux que pour une seule chose : le coffret de bois précieux qui trônait sur un petit piédestal. Son contenu valait à lui seul tous les trésors du monde. Il contenait le plus précieux des trésors. Comme hypnotisé, il s'avança, toute prudence envolée.

Il n'était plus qu'à quelques pas du coffret convoité quand un bruit terrible le fit sursauter. Du fond sans fond de la salle arrivait un dragon. Au rythme du battement puissant de ses ailes, il fonçait droit sur celui qui osait prétendre s'emparer du trésor dont il était le gardien. Une langue de feu jaillit de sa gueule, manquant brûler le téméraire. Cette fois-ci, il lutta contre son instinct, qui le poussait à prendre la fuite, ou du moins à affronter la menace. Pourtant, il se tint ferme sur ses pieds et fit face.
— Crois-tu qu'il te suffit de cracher le feu pour me faire fuir ? Je sais ce qui se cache derrière cette apparence dangereuse, distante, hargneuse. Je ne te crains pas. Je ne partirai pas. Je ne t'abandonnerai pas. Alors vas-y, rugis, brûle-moi, piétine-moi, je ne partirai pas.
Sa voix s'adoucit comme il reprenait.
— Je ne t'abandonnerai pas.
Face à lui, le dragon semblait hésitant. Il tournait autour de l'homme avec méfiance, une méfiance qui laissa place au désarroi.
— Je ne t'abandonnerai pas, répéta l'homme.
Alors le dragon fit une chose surprenante. Avec une délicatesse dont l'homme  ne l'aurait pas cru capable, il prit dans sa gueule le coffret précieux et vint le déposer à ses pieds. Ce geste bouleversa l'homme qui prit entre ses mains le trésor et le serra contre sa poitrine.
— J'en prendrai soin. Je le chérirai, promit-il.
Une larme roula sur la joue du dragon. Lentement, l'homme ouvrit le coffret. À l'intérieur reposait un cœur, le plus beau cœur qu'il ait jamais vu. Un cœur qui battait, palpitait, s'animait sous ses yeux émerveillés. Relevant la tête, il regarda tendrement celle qui lui faisait face.
— Pour moi, tu as vaincu tous les obstacles que j'ai dressés autour de mon cœur, dit-elle en s'approchant.
— L'amour vient à bout de tous les obstacles, dit-il en l'enlaçant. Désormais, tu n'es plus seule. Nous serons deux pour faire face à tous les détours de la vie.
Autour d'eux, le labyrinthe se dissipait, laissant place à la plage de sable fin sur laquelle leurs regards s'étaient croisés pour la première fois.
avatar
Aurore Aylin romance

Messages : 267
Points : 259
Date d'inscription : 16/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://auroreaylin.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Sandr le Sam 4 Oct - 12:52

Quel magnifique texte Aurore ! I love you
avatar
Sandr

Messages : 246
Points : 230
Date d'inscription : 28/08/2014
Age : 40
Localisation : Menucourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Carca le Sam 4 Oct - 13:11

Féerique ! Et le Minotaure prend dans ce labyrinthe des formes si différentes,  le fil dAriane est bien cousu,  le coeur est là,  battant fort et expulsant ses trombes d'amour,  un délice qui nous ensorcelle et nous incite à revisiter ce labyrinthe,  à si perdre encore pour mieux en éprouver le coeur. ..


Dernière édition par Carca le Lun 6 Oct - 20:43, édité 2 fois
avatar
Carca

Messages : 1212
Points : 1174
Date d'inscription : 29/09/2014
Localisation : proche de l'arbre de la Boddhi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Aurore Aylin romance le Sam 4 Oct - 19:03

Merci Smile
avatar
Aurore Aylin romance

Messages : 267
Points : 259
Date d'inscription : 16/09/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://auroreaylin.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Carca le Dim 5 Oct - 9:23

Il ne faut pas s'inquiéter Aurore, Bérangère adore cela' non ? cheers
avatar
Carca

Messages : 1212
Points : 1174
Date d'inscription : 29/09/2014
Localisation : proche de l'arbre de la Boddhi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Berangere le Dim 5 Oct - 9:35

Yeah !!!! On dit bien qu'il faut l'entretenir notre cerveau ! Le forum c'est comme une salle de musculation pour cerveaux en action ! Very Happy
avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Carca le Lun 6 Oct - 6:40

L'autour a rabattu ses larges ailes pour mieux envelopper sa proie, déjà rétrécie dans ses serres duveteuses, il dévore d'un regard court le ciel et plonge sa tête guenilleuse dans les entrailles ouvertes du chocard malheureux. 

Petit état stupide d'une attaque ailée d'un ogre.
avatar
Carca

Messages : 1212
Points : 1174
Date d'inscription : 29/09/2014
Localisation : proche de l'arbre de la Boddhi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Babou le Lun 6 Oct - 20:29

Que d'imagination !

Bravo à tous ces passionnés "inspirateurs" !!!!  
     study        sunny
avatar
Babou

Messages : 1095
Points : 1067
Date d'inscription : 02/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Carca le Mer 8 Oct - 6:29

Merci Babou. ..
Ecrire c'est un peu méditer,  l'inspiration rencontre toujours l'expiration, et parfois, bien souvent même,  l'une l'emporte sur l'autre et ce sont ces instants qu'il s'agit d'accrocher. ..


Dernière édition par Carca le Mer 15 Oct - 6:12, édité 1 fois
avatar
Carca

Messages : 1212
Points : 1174
Date d'inscription : 29/09/2014
Localisation : proche de l'arbre de la Boddhi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Berangere le Mer 8 Oct - 16:07

Le tout dans un souffle libérateur... Very Happy
avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Carca le Lun 13 Oct - 19:48

L’écrit agite toujours de grandes voix ventriloques. L’écrit, c’est la voix détachée du corps qui l’émet, c’est la voix passée à l’autre, par Port - Papier. L’écrit est un carrefour, un lieu de passage, obligé pour que l’encre signe la rencontre, pour que la parole s’ancre dans un ailleurs, pour que la parole ne s’évanouisse pas mais continue de circuler vers l’ailleurs, l’ailleurs vu comme autre. L’écrit ancre la parole et lui permet dans cette installation confortable de résister mieux à l’érosion et d’effectuer de fait son voyage dans le temps à la recherche d’autres paroles qui viendraient comme un écho poursuivre la trace du parler, du parler-cri, du parl-écrit, du par l’écrit. L’écrit, c’est un peu l’avion qui transporte le passager et ses bagages d’une berge à l’autre, sans ces ailes, rien ne peut passer aisément ailleurs. Comme l’avion, l’écrit a ses risques, il peut être détourné, tomber à l’eau, etc, mais c’est le véhicule qui permet de se poser là où l’autre nous attend sans plus attendre. Pour écrire il faut un passeport, une autorisation de circuler avec ses bagages, il y a une livraison à faire, l’écrit livre quelque chose, délivre aussi . L’écrit c’est la ﮊina de Colomb, c’est la caravelle qui permet d’aller vers d’autres rives et de découvrir un autre monde, celui de l’autre, tout en donnant son monde à voir, à travers les mots-maux qu’il véhicule pour dire ce qu’il a vu de ce monde qu’il cherche à comprendre et à « d’écrire ». L’écrit est toujours subjectif car c’est du sujet qu’il part et cause, « je » écrit sur ou pour « je », sur ou pour « l’autre ». scratch
avatar
Carca

Messages : 1212
Points : 1174
Date d'inscription : 29/09/2014
Localisation : proche de l'arbre de la Boddhi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Gih le Ven 17 Oct - 22:11

‘’ Les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent pour partir, cœurs légers, semblables aux ballons… ’’ Baudelaire

Je veux partir.
Sans contraintes, sans limite de temps. Libre.

Je veux m’emparer d’une carte, tracer un chemin au crayon et le suivre à la marche ou qui sait, en vélo, en courant, en car ou avion, en trottinette ou en sautillant, les yeux bandés, sans hésitation. Prendre un cheval et galoper sur des ruelles étroites, sur des champs et jardins à la pelouse fleurie.

Je veux partir pour partir. Je veux découvrir le monde, voir des merveilles, m’émerveiller. Croiser des inconnus perdus qui sont partis aussi, qui ont abandonné leur nid et leur mère angoissée. Qui cherchent sans s’en rendre compte, ce sentiment qui leur manque.

Je veux me perdre dans la beauté d’un monument, dans l’agitation de l’aube d’une ville endormie, dans une langue aux accents brulants et consonnes sifflantes.
Je veux être dans deux pays au même temps. Un pied de chaque côté de la frontière et me sentier omniprésente.
Je veux aller au marché, où l’activité bouillonne, où les sons sont vivaces, les odeurs alléchantes, les épiceries plus épicées, la multitude de tissus colorés ont des couleurs aux noms composés : Jaune-œuf de poule rouquine, vert-plâtre de gingembre, rouge-saison d’automne. Je peux même vouloir me faire arnaquer par un vendeur et son prix exorbitant. Tout simplement pour vivre l’expérience plus intensément. Je veux le bon et le mauvais.
Je veux saluer un enfant qui habite de l’autre côté de la terre, à la physionomie différente de la mienne mais qui me sourit en passant, m’offrant ce mot, ce langage ordinaire que je chéris tant.
Je veux apprendre, je veux retenir, je veux me créer des souvenirs. Qui sait, en faire des amis dans mon errance dans le monde.

Les seuls biens que je prendrais avec moi se seront mon appareil photo, mes yeux admiratifs, mon cœur et mon esprit grand ouvert : pour ne laisser rien ou personne à l’écart, pour accepter la culture dans son intégralité, pour apprendre à aimer les différences.
Je veux voyager parce que le monde est trop grand et ma vie trop courte pour la passer dans un même endroit, avec les mêmes individus, dans une même culture, aussi riche soit-elle.

Je veux m’évader pour toujours. Je veux que ma vie soit un long voyage parsemé de belles rencontres et apprentissages.
Voyageons et permettons-nous de tomber amoureux de ce monde qui est, enfin de comptes, le notre, même si pour une période limitée. Profitons.

Very Happy Smile Very Happy
avatar
Gih

Messages : 95
Points : 93
Date d'inscription : 04/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Berangere le Sam 18 Oct - 15:12

Je finis ton texte Gih par une petite envolée poétique...

Voyager au gré du vent
Par tous les temps
En bord de rivière
Ou près de la mer
Au coeur d'une forêt
Dans l'anse d'une baie

Marcher s'époumoner
Respirer l'air frais
Se sentir libre
Enfin vivre

Donne-moi ta main
Et alors demain
Nous partirons ensemble
Deux comètes étincelantes
Dans l'infinie galaxie



avatar
Berangere
Admin

Messages : 2047
Points : 2662
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://antredesmots.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Gih le Sam 18 Oct - 19:33

Oh, vraiment très beau Berangere, surtout les 5 derniers vers qui me donnent envie de te suivre dans ce voyage poétique. Heureuse de t'avoir inspirée! Smile
avatar
Gih

Messages : 95
Points : 93
Date d'inscription : 04/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Sandr le Mer 22 Oct - 20:33

L'automne est là !
Le vert profond tire vers l'or et le pourpre,
Les arbres se parent de leurs manteaux chatoyants,
Les feuilles foulent le sol au gré du vent,
Et les enfants sont tout contents
avatar
Sandr

Messages : 246
Points : 230
Date d'inscription : 28/08/2014
Age : 40
Localisation : Menucourt

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Babou le Mer 22 Oct - 20:54

Bravo â tous, pour ces magnifiques textes. Quel plaisir de les parcourir !
avatar
Babou

Messages : 1095
Points : 1067
Date d'inscription : 02/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Pascale la cigale le Jeu 23 Oct - 3:58

La nuit est courte, la nuit est longue, le sommeil fuit devant l insomniaque. Parfois elle pense s en approcher, veut le toucher, le saisir a pleines mains, se l approprier mai, comme mu par une ficelle invisible, il s éloigne des qu elle est près du but. Alors, elle se lève, s active, vit sa vie comme si de rien n était, espérant secrètement que l ennemie insomnie sera grugée, que devant tant de détermination, elle ira hanter les nuits d un autre. Que nenni, l aube pointe sans que les yeux se ferment, l insomniaque entame la seconde moitié de ses presque 24 heures de veille, nullement fatiguée, soulagée devant la fuite de cette angoissante obscurité, heureuse de réintégrer le monde des êtres diurnes, et d offrir au monde un semblant de normalité .
avatar
Pascale la cigale

Messages : 496
Points : 482
Date d'inscription : 30/05/2014
Age : 54
Localisation : PROVENCE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Babou le Jeu 23 Oct - 7:10

Texte très touchant, petite cigale ! ♡♡♡♡♡♡♡♡♡♡♡♡♡
avatar
Babou

Messages : 1095
Points : 1067
Date d'inscription : 02/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Charlott le Ven 21 Nov - 18:55

RE: Petits textes d'inspiration libre:
DE: charlot: ven 21 nov 2014: 19h47:
ce matin j'ai eue une idée de texte, du coup pour ne pas la laisser s'envoler au boulot j'ai pris 1 feuille et 1 crayon et j'ai commençais mon récit.
Mais je ne l'ai pas fini il faut que je le finisse:
Et quand je l'aurais terminé je le métrais dans cette rubrique:
petits textes d'inspiration libre:
Mais laissez moi le temps de fini ce texte ok?
Merci:
avatar
Charlott

Messages : 437
Points : 419
Date d'inscription : 15/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Carca le Mar 30 Déc - 7:48

Ça ne se peut pas, nous dirait Descartes, si rien n’est fixe, la seconde prochaine, tout est déjà merveilleusement différent, non, la parole a déjà évoluée, changée… Alors fixons un concentré de paroles, et notons bien que l’exacte parole ne peut se fondre en ligne ! La photo prise, l’instant qui intéresse peut par le biais de l’écrit s’inscrire, faire trace et être re-vu (re-lu). L’écriture signe, l’écriture est signe. Quelqu’un est responsable de ce qui est écrit, « c’est çui qu’y l’dit qu’y est ! ». C’est vrai. L’écriture a ce caractère d’appartenir à « çui qui l’écrit qui y’est !». L’écriture est sienne, elle mérite date et nom. Cet oubli tue l’écrit, le dévalorise, le déshonore et lui ôte son parfum, (sa valeur). Alors respect sur l’accent, respect sur chaque couture qui lie les mots entre eux, qui les présente et met en scène ce qui est à dire à tous en vue d’un partage dont le moindre tiret est nécessaire à la compréhension de ce qui a voulu être dit, passé. Ne « tirons » pas sur l’ambulance !La personne qui écrit donne, c’est à prendre comme c’est donné, comme c’est écrit, et c’est à lire comme « çui qui l’a écrit… ». L’écriture a un point, d’humeur, d’honneur, sans finale ? Oui, car l’écriture est ouverte, elle attend le rebond de la balle, c’est ce fameux ressort, que l’on doit récupérer même quand elle va se perdre dans les bois… l’équipe est responsable de la balle( l’ensemble des écrits) et doit construire le jeu ensemble et donc répondre à la passe ( écrite) par une passe à l’autre, une acrobatie ( ré-écrite ou re-dite). L’écrit est là pour générer une suite, et la suite, c’est la vie, en cours, la vie qui court et coule dans les lignes ( non-vaines), sans défense, ouvertes à toutes les trajectoires de maux, car face à nous, éducateurs, ce sont bien les maux qui tapent par leurs cris, comme des poltergheist qui effraient, et demandent l’écrit, un traitement de la parole en quelque sorte, un certificat d’écoute. Aidons les mots à se dire, à s’écrire et gardons leur la circulation nécessaire à la vie, ne les engluons pas
avatar
Carca

Messages : 1212
Points : 1174
Date d'inscription : 29/09/2014
Localisation : proche de l'arbre de la Boddhi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

constatation

Message par cocochanel le Lun 12 Jan - 5:01

Gardons la patate,
Mais ne racontons pas de salades
Les garçons ne naissent pas dans les choux
Ce film que tua s vu était un navet
Pleure pas,
Et si tu as un cœur d’artichaut  je n'y peu rien

cocochanel

Messages : 342
Points : 746
Date d'inscription : 31/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits textes d'inspiration libre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum